L'Amérique baillonnée

« L'Amérique baillonnée »
Lewis Lapham
Editions Saint-Simon
2004

LIENS:
// Home



Voilà un joyeux brulôt lancé par un Américain contre toutes les carences et les faiblesses de son propre pays... Tout y passe : monde des affaires, politiciens de droite, FBI, système éducatif, militaristes de toutes époques, dévots avides, penseurs du capitalisme triomphant ou du politiquement correct, journalistes courtisans, universitaires faisandés, population avachie…  Un vrai délice.        M.X.Villan

Quelques éléments intéressants:
Page 12    « …la vieille alliance des Etats-Unis avec Dieu, Moïse, George Washington et la bombe à hydrogène. »
Page 27    Les quatre piliers de la droite US:
« 1) Le capitalisme mondial est la huitième merveille du monde, …   2) Tout gouvernement interventionniste [en économie] est d'inclination marxiste, …   3) L'art de la politique est subordonné à la science de l'économie.   4) L'histoire est finie. »
Et tout cela s'est écroulé le 11 septembre 2001
Page 72    90% de la population US était opposée à l'entrée en guerre des USA en avril 1917. Mais les militaristes l'ont emportés.
Page 75    Point de vue de l'administration Wilson pendant la première guerre mondiale : « …le désaccord était une forme de déloyauté et la déloyauté un crime. »
Page 76    1920 :  J. Edgar Hoover réuni des renseignements  sur les citoyens tentés par le communisme. Et réuni deux milions de dossiers.
P 77    L'historien Will Durant, 1927 : « … ; nous sommes esclaves en politique et nous ne sommes libres que dans nos festins. »
P 83   Entre 1947 et 1954, écoutes téléphonique illégales de la part des services du gouvernement américain touchant 6,6 millions de citoyens.
Page 87   Une liste d'associations et d'organisations et de citoyens individuels surveillés par le gouvernement US, la CIA et le FBI : la Guilde des Avocats, les Blacks Panthers, John Lennon, Malcolm X, l'Université de Columbia…
Page 93   Idéologie néo-libérale : « L'argent est beau, il faut le protéger du fisc et de la pluie ; … Les simples êtres humains instables et rebelles par nature, doivent être surveillés, soumis à un contrôle strict. »
P 96    Conséquences du 11 septembre 2001 : « Malgré son incompétence habituelle, le gouvernement ne lâche pas facilement le pouvoir saisi sous le prétexte de l'apocalypse. »
Page 100   Au sujet du quatrième pouvoir, celui du journalisme (l'auteur de ces lignes ayant travaillé dans le métier)  : « …, je sais depuis longtemps que rien n'inquiète autant la compagnie assemblée [de professionnels des médias] que l'intrusion d'une idée neuve. La nature du journalisme est commerciale et non politique. »
Page 101    Sur le rôle des médias institutionnels :  « Ils rassurent et préservent les mythes que la société juge précieux : … »
Page 102  Sur les différents regards des médias sur Bill Clinton :  « Tantôt délinquant juvénile, tantôt homme d'Etat »
Page 103    « La formation d'un journaliste américain est celle d'un courtisan ;… »
Page 104    Médias US : « Servilité chronique et omniprésente »
Page 106 :  « Serviles par nécessité, les médias deviennent serviles d'esprit… »
Page 114   Sur l'éducation au USA, sur la  façon dont l'Etat enseigne aux enfants «passivité, obéissance et ennui ; … »
Page 115   L'auteur dit que, vu les carences du système d'enseignement,  70% des capacités intellectuelles des citoyens américains sont laissées en friche.  
Page 117   « En 1960, les divers publics concernés identifiaient encore les différences entre journalisme, littérature, politique et cinéma. » Et l'auteur ajoute que, par la suite, toutes ces catégories se sont confondues dans l'esprit du public. Tous les Arts ayant fusionné pour donner naissance aux médias modernes.
Page 122  Où le système médiatique privilégie les « confort de l'impression ressentie plutôt que l'embarras  possible des faits observés »…
Page 128   Sur les troubles du dystème démocratique aux USA : 13% de votants parmi les citoyens de moins de 30 ans aux dernières élections présidentielles.
Page 129  Sur le monde universitaire US : « Chacun étudie l'art de rédiger des demandes de financement ou les formules de politesse appropriées pour s'adresser au président du département » Tout ceci au détriment de la réflexion de fond sur les grands problèmes de l'humanité...  
Page 131   Sur les nouveaux tabous de l'Amérique d'aujourd'hui, en particulier celui qui interdit de critiquer Israël.
Page 132   En 1831 Alexis de Tocqueville « avait signalé l'importance de l'esprit courtisan aux Etats-Unis. »
Page 148   Au sujet de l'évolution économique générale de la société US :  « …Depuis trente ans, 80% des biens ont été transféré sur 10% de la population. »
Page 151   Au sujet du programme économique et militaire du president Bush : appliqué à une société commerciale normale, on pourrait parler de manipulations compables, de bilans trafiqués, de déformation de l'information, de fraudes multiples.  
Page 152  Le pillage du budjet fédéral au profit de grands industriels remonte à la présidence Reagan, ce n'est pas une invention de la présidence Bush. L'auteur montre les dégats de cette politique, appliquée depuis un quart de siècle, sur l'économie US.
Page 153   Une note « Le pillage est traditionnel, c'est une règle aussi fermement ancrée dans l'histoire du pays que la croyance en l'existence des anges. » Conquête des territoires indiens à l'Est, essai raté de conquête du Canada britannique, saisie du Texas, du Nouveau-Mexique et de la Californie sur le Mexique, conquête du Grand-Ouest américain sur les tribus indiennes…
158   Stéréotype du citoyens US de nos jours : « …des carriéristes anxieux qui chantent les psaumes et parlent poliment, … »
Page 160   « Apprenez aux gens à se parler doucement les uns aux autres, divisez les programmes selon les communautés… (sexuelles, culturelles, raciales et socio-économiques) … …, ils apprendront à bien se conduire, à renoncer aux joies du viol collectif, à baisser leurs drapeaux confédérés, … »
Page 164   Le délabrement des infrastructures publiques depuis vingt ans.
Page 175   « Parmi toutes les vertus politiques de notre pays, la franchise est la plus nécessaire à la santé et au bien-être de notre communauté. »



















































































copyright     2004     www.islam-bibliographie.info