Diplomatie de l'eau

« La diplomatie de l'eau »
Norbert Lipszyc
Les éditions de Passy
Paris     2013
LIENS:
// Home


La question de l'existence d'Israël au Proche-Orient reste une question controversée.
Installé sur une ancienne terre chrétienne, ex-provinces romaines, sur une ancienne terre arabo-musulmane, proche du siège de deux des plus grands califats que le monde islamique ait connu, soit celui des Ommeyyades, en Syrie, et celui des Fatimides, en Égypte, l’État moderne d'Israël, l'ex-foyer national juif voulu par l'empire britannique, gène par sa capacité à troubler l'ancien ordre des choses. Ce que l'on ne peut pas acquérir par ses antécédents, on peut l'obtenir par ses mérites. Et il est un domaine où Israël peut faire reconnaître une réelle avancée pour l'humanité tout entière, spécialement celle de ses ennemis les plus acharnés : le contrôle de l'eau.  
L'eau, cet élément vital, rare, précieux, clé du développement humain sous les climats arides. Confrontés à une  nature peu généreuse, appliquant des techniques modernes, apprises ou inventées, les Israéliens ont mis au point des méthodes de captation, purification, de régénération des eaux qui font de leur pays un exemple à suivre. Particulièrement pour leurs voisins arabes. C'est l'ensemble de ces techniques que l'auteur de cet ouvrage a voulu présenter, en accompagnant son exposé du récit de la diplomatie que Jérusalem a mis en œuvre afin de donner un contenu politique a cet effort de développement.
Bernard Antoine Rouffaer                              28.7.2015


Quelques éléments intéressants:

Page 7   « ...les pays arides n'ont pas vocation à développer une agriculture irriguée. » Au vu de l'abondance de céréales sur le marché mondial.

Page 9   9 milliards d'humains en 2050, avec une hausse de consommation de 50 % par rapport à aujourd'hui. 40 % de la population mondiale sera en zone de stress hydrique.

Page 11   Exemple d'Israël : triplement de sa population en dix ans, consommation des sources d'eau naturelles jusqu'en 1970, puis relais pris par la technologie.

Page 16   Toute la population du Proche-Orient en état de stress ou de vulnérabilité hydrique selon l'ONU.

Page 18 : Le cas égyptien : si rien n'est fait, la quantité d'eau disponible annuellement pour chaque égyptien diminuera de moitié d'ici 2050.

Page 24-25   Misère écologique de la Palestine à la fin du XIXe siècle.

Page 28   « Politique de conservation [forestière et hydrique] du Mandat britannique »

Page 32   Naissance d'une conscience écologique organisée en Palestine mandataire (1931).

Page 39   « L'eau à Gaza : l'ONU dénonce sa mauvaise gestion. »

Page 41   « Selon l'ONU, les nappes phréatiques [de Gaza] ne seront plus utilisables en 2016 en raison de leur pollution. » Absence de collecte des eaux usées et de traitement sur une grande partie du territoire. Les eaux usées sont en grande partie déversées en mer.

Page 43   « Controverse sur l'eau entre Israël et la Cisjordanie. »

Page 46   62,5 % des eaux usées des agglomérations palestiniennes de Cisjordanie ne sont pas traitées ou envoyées dans des fosses sceptiques, « ...32,7% vont dans des usines de traitement des eaux usées en Israël, le plus souvent après avoir été déversées dans des rivières. »

Pages 48-49   Soutient financier de l'UE à l'entreprise de traitement des eaux usées en Cisjordanie et à Gaza.

Page 51  «  En cumulant les consommations moyennes, l'emprunte d'eau d'un Français est de 1786 m3 d'eau par an, celle d'un Palestinien de 1116 m3 d'eau par an, celle d'un Israélien de 1391 m3 d'eau par an. »

Page 55   Israël, de 1995 à 2012, la consommation d'eau du secteur agricole a diminué de 21,5% « ...sans faire baisser le revenu agricole. »

Page 61  Moins de 2 % de l'eau potable, au niveau mondial, produite par le dessalement de l'eau de mer. 16 000 usines de dessalement déjà construites.

Page 63   Israël, objectifs : « L'objectif est d'amener toutes les installations de traitement des eaux uses du niveau 2 (eaux rejetables dans la nature) au niveau 3 (recyclables) et d'augmenter les allocations d'eaux à la nature, au paysage et à la réhabilitation de toutes les rivières du pays. »

Page 64   « Vu la pression démographique croissante au Proche-Orient, seuls des moyens technologiques permettent de résoudre le problème de la forte  pénurie... »

Page 67   Allocation d'eau : Les Palestinien reçoivent par an, pour les besoins des ménages, 82 millions de m3, soit 58 m3 par habitant. Sur cette quantité, 33 % est perdue du fait du mauvais état des canalisations. Les Israéliens reçoivent, par an, par habitant, 84 m3, moins 11% de perte due à l'état du réseau.

Page 70-71   Aquifères fossiles, en Arabie Saoudite, en Jordanie, présentant des taux de radioactivité 30 fois supérieurs « ...au seuil jugé sûr par l'OMS ».

Page 76   « L'accès direct et fiable à l'eau potable des Palestiniens atteignait 92 % en 2006, ce qui place ces territoires au niveau de la Tunisie. »

Page 80   Les principaux distributeurs de matériels d'irrigation israélien économiques en eau au Proche-Orient sont Palestiniens. Pénétration de techniques agricoles durables.



Norbert Lipszyc, ingénieur des Mines, Master of Science de Columbia University, est correspondant en France d’ONG de protection de l’environnement américaines, anglaises et israéliennes, Il est conférencier international et a tenu pendant 20 ans une rubrique hebdomadaire sur le développement durable sur une radio parisienne.
http://www.israelscienceinfo.com/environnement/pour-norbert-lipszyc-membre-du-comite-scientifique-disrael-science-info-lhydro-diplomatie-est-une-voie-pour-la-paix/